Le programme de dépistage en Belgique

En Belgique, plus de 10.000 cas de cancers du sein sont diagnostiqués chaque année.  Ce sont les femmes entre 50 et 69 ans qui sont le plus exposées : la moitié des cas concernent cette tranche d'âge. Chez les femmes dans la cinquantaine, le cancer du sein est la première cause de mortalité. Même si l'on connaît certains risques associés au cancer du sein, on ne connaît pas les causes de cette maladie  et on ne peut donc pas empêcher son apparition. Par contre, on peut améliorer l'issue du traitement en identifiant le cancer du sein plus tôt. C'est le but du dépistage. 

Depuis le milieu des années 80, il existe un consensus européen sur l'utilité d'un programme de dépistage systématique par mammographie chez les femmes de 50 à 69 ans, pourvu que ce dépistage s'accompagne d'un dispositif d'assurance qualité.

Comme la plupart des pays européens aujourd'hui, la Belgique a mis en place un programme de dépistage systématique. Il  existe depuis 2001. Il est organisé par les entités fédérées. 

Ce programme propose tous les deux ans un examen radiographique des seins (appelé mammographie de dépistage ou Mammotest) aux femmes entre 50 et 69 ans inclus, domiciliées en Belgique et affiliées à l'une des 7 mutuelles du système de sécurité sociale belge. Le coût de cet examen est pris en charge par l'INAMI et par les entités fédérées. Pour les femmes, l'examen est entièrement gratuit. 

Les mammographies de dépistage sont effectuées dans des unités de mammographie agréées : les appareillages et les clichés radiologiques sont régulièrement vérifiés et doivent correspondre à des normes strictes de qualité. 

Les résultats du dépistage sont enregistrés dans des bases de données avec l'accord des participantes. De cette manière, il est possible d'évaluer l'efficacité du programme.

Dans chaque Région du pays, des Centres de Coordination sont chargés d'envoyer  l'invitation au dépistage tous les deux ans. Les femmes qui reçoivent cette invitation peuvent prendre rendez vous dans une unité de mammographie agréée. L'examen consiste en la prise de 4 clichés radiologiques (2 pour chaque sein). Ces clichés sont ensuite examinés par 2 radiologues différents, éventuellement par un troisième si les 2 premiers ne sont pas d'accord. En cas d'anomalie, ce qui arrive dans 10 % des cas, la femme est convoquée pour des examens complémentaires.  9,5 fois sur 10, ces examens concluront qu'il ne s'agit pas d'un cancer. Mais une fois sur vingt, le diagnostic de cancer sera établi. Le traitement pourra alors être entamé immédiatement, à un stade précoce de la maladie, avec un meilleur pronostic.